Pharmacie Dela Place
Sans ordonnance pharmacie en ligne
Numéro français:
Téléphone international:
Votre panier
€ 0.00

Être femme fontaine c'est quoi au juste, et est-ce une maladie ?

Être femme fontaine c’est quoi précisément ? 

Le moins que l’on puisse dire c’est que le sujet de ce type de femmes, longtemps occulté, fait couler beaucoup d’encre ces dernières décennies. Une femme fontaine c'est quoi ? En quelques mots, la femme fontaine va émettre une grande quantité de liquide au moment de l’orgasme ou juste un peu avant. Le liquide ainsi émis ne doit pas être confondu avec la lubrification vaginale (transsudat au niveau de la paroi vaginale) ou avec ce que l’on appelle l’éjaculation féminine, que nous verrons plus tard.

Ce liquide émis par la femme est en provenance de la vessie et on peut distinguer 2 types de femmes fontaines :

  • la dépendante, qui aura besoin d’une stimulation de son point G (du nom de son découvreur Gräfenberg), soit par la verge de son partenaire, soit par une pression digitale, de manière mécanique.
  • l’autonome, qui va évacuer cette quantité de liquide lors de chaque orgasme, de manière presque automatique et selon un schéma plus cérébral.

Les femmes fontaine ont toujours existé, on en trouve trace dans les écrits d’Hippocrate, dans certains tantras de l’Inde et dans certains traités de médecine chinoise millénaires.

Ne pas confondre éjaculation féminine et femme fontaine

Le mystère a été éclairci récemment et a permis de mettre en évidence que l’éjaculation féminine et le phénomène de femme fontaine étaient bel et bien deux choses distinctes.

L’éjaculat féminin consiste en l’expulsion d’une minuscule quantité de liquide provenant de la prostate, alors qu’à l’inverse, pour la femme fontaine, le liquide est issu de la vessie.

Article Associé: Acheter viagra pour femme (Lovegra) 100mg sans ordonnance en pharmacie

L’éjaculation féminine, dans sa composition, est voisine du liquide prostatique de l’homme, c’est la taille de la prostate qui entraîne une quantité moindre (la prostate féminine pèse de 2 à 3 grammes, la masculine 20 à 30 grammes). L’éjaculation féminine est minime, de l’ordre du millilitre ce qui fait qu’elle passe complètement inaperçue , diluée qu’elle est dans les sécrétions vaginales dues à la lubrification.

Lors de l’acte charnel, la vessie du sujet féminin concerné va se remplir à vitesse grand V, les scientifiques expliquent cela par l’excitation et par l’effort physique intense liés au coït, cela entraîne une augmentation du rythme cardiaque, une circulation et une filtration sanguine infiniment plus rapides.

Femme fontaine, est-ce une maladie ou un syndrome naturel ?

Réglons d'emblée la question : non ce n'est pas une maladie ! Contrairement à la croyance populaire, il semblerait que toutes les femmes possèdent le potentiel, le tout est de rassembler tous les éléments susceptibles de les déclencher, à savoir, la stimulation du point G et une vessie bien remplie.

Il faut bien faire la part des choses entre ce que l’on nomme incontinence coïtale et effet fontaine, pour faire simple, une femme fontaine ne connaît pas de trouble d’incontinence au quotidien.

Les études tendent à prouver que c’est le partenaire (on parle de « Sourcier ») qui joue un rôle capital dans le phénomène. Le partenaire en question (homme ou femme) place le plaisir de sa conjointe au sommet de la pyramide, et fait tout pour amener la femme au lâcher prise nécessaire. Bien entendu, ils savent aussi « localiser » la source.

Rappelons enfin qu’être femme fontaine n’est pas une fin, plupart des femmes qui ne le sont pas (ou ne l’ont jamais été) peuvent parfaitement avoir une sexualité épanouie sans cette caractéristique spectaculaire. Il n’y a donc aucun intérêt à rechercher cela à tout prix, car souvent cela mène au final à simplement manquer le coche du plaisir.

Comment les femmes vivent-elles cela ?

Cela peut être tout ou son inverse, certaines femmes vivent la chose de manière éhontée, d’autres au contraire assument parfaitement et en retirent plaisir et fierté. Il faut savoir que ce phénomène fait rarement fuir les hommes, qui se sentent flattés et ragaillardis dans leur virilité lorsqu’ils déclenchent ainsi leur partenaire. Ce qui est sûr c’est que ce type de femme est nimbé d’une aura fantasmatique très puissante, du fait de la mode que la pornographie a mis en avant avec de productions spécialisées en vogue ces dernières années.

Lorsque cela est mal vécu, alors la femme peut ressentir une forme de dégoût et de honte, surtout lorsque le plaisir de l’orgasme s’est estompé. Leur partenaire doit tâcher de la rasséréner et expliquer qu’il n’y a aucune honte à cela.

Au final, l’unique problème incontournable, c’est le changement de draps qui s’impose une fois l’acte de chair consommé, ce qui va parfois interdire les étreintes trop intenses, lorsque vous dormez dans la chambre d’ami de vos proches par exemple.

Mon compte